• contact@pamelatarget.com

S02E06 : Bruce ou Les 5 bonnes raisons pour ne pas être justicier

Aujourd’hui, nous allons nous attarder sur un autre héros de Pamela Target. Rien moins qu’un des personnages clés – de voûte, pourrions-nous ajouter – de la série, il s’agit de Bruce l’Emeu. De qui s’inspire Bruce l’émeu ? Comment sa lourde destinée de justicier a-t-elle été imaginée ? et quelles sont les 5 bonnes raisons pour lesquelles il ne fait pas bon être un justicier.

Un émeu ça n’émeut pas !

Avant de  commencer, voici un cours accéléré de zoologie, car il faut lever avant tout toute équivoque sur  la question de base qui revient souvent chez certains d’entre vous : mais par tous les dieux, c’est quoi un émeu ?

« Ce que vous appelez l’enfer, il l’appelle chez lui » – Colonel Trautmann – Rambo.

Et pour cause, l’émeu est un animal vivant uniquement sur le continent Australien. En d’autres termes, peu de chance qu’on en croise chez nous.  C’est un des trois plus gros oiseaux au monde. Avec qui partage-t-il cette place sur le podium ? Rien moins que l’autruche et le casoar. Si le casoar ne vous évoque rien, l’autruche vous parle sans doute plus. L’émeu, lui non plus, ne peut pas voler. Il est de la famille des ratites, comme… L’autruche et le casoar.

Casoar ? Emeu ? Ratites ? Bon, ça va cinq minutes les noms d’oiseaux que personne connaît, mettons des images sur tout ça :

 

Si Autruche et Emeu ne peuvent voler, une différence notable les oppose. L’autruche a des ailes alors que l’émeu ne dispose que de tristes embryons d’aile tout petits petits petits ne pouvant même pas servir à chasser une mouche ! Par contre, comme l’autruche, un émeu, ça trace ! Voyageur infatigable, l’émeu peut parcourir de grandes distance allant jusqu’à cinq cent kilomètres et même sprinter à plus de cinquante kilomètre / heure.

Vous comprenez d’autant mieux la situation mettant en scène Darryl Charwin en voiturette de golf et Bruce à pied, enfin, plutôt à pattes dans l’épisode 5 de la saison 1 de Pamela Target « Le Pet, mon professeur » :

Mais l’émeu, animal grégaire, est aussi bon père de famille. Et il ne rigole pas avec ses responsabilités. C’est lui qui couve les oeufs sans jamais quitter sa place, quitte à ne pas s’alimenter. Puis, papa émeu protège sa portée, une fois éclose, de tous les curieux et même… des dames émeu ! Il peut accueillir d’autres petits émeus dont les nids ont été attaqués et ravagés, augmentant la taille de sa famille.

Voilà une des raisons pour laquelle nous avons placé Bruce comme chef de la sécurité de l’arche, et pourquoi il décide de protéger ses ouailles, les animaux hébergés par Charwin, vaille que vaille, contre vents, marées et… Purin comme le montre l’épisode 9 de la première saison « Oh My god, pas la fosse à Purin » :

Mais bon, il faut bien l’admettre, malgré tout ça, un émeu, ça n’émeut pas et c’est sans doute pour cette raison que nous lui avons donné un autre dimension en l’appelant Bruce et en le transformant en justicier. Mais était-ce vraiment une bonne idée ? Selon nous, non. Et voilà les 5 raisons pour lesquelles il ne fait pas bon s’appeler Bruce et être un justicier. 

Raison 01 Un justicier solitaire, ben c’est solitaire

De Bruce l’émeu  à Bruce Willis : Hé oui, Bruce l’émeu est directement inspiré de Bruce Willis. L’acteur aux multiples rôles qui a incarné le modèle du héros solitaire des années quatre-vingt dix, celui qui ne lâche jamais rien, policier de la série de films “Die Hard”, agent de sécurité dans “Incassable” ou encore plus récemment agent secret retraité dans “Red”. Mais avant de devenir le modèle du action man de la fin du siècle précédent, Bruce s’est illustré en jouant le rôle de David Addison Junior, détective privé désinvolte à l’humour cinglant, dans les soixante-six épisodes (dont un pilote d’une heure et demie) de la série “Clair de Lune” diffusée à partir de 1987 sur M6. Rien qu’à évoquer cette série, “Moonlighting”, son générique chanté par Al Jarreau et écrit par Lee Holdridge et Al Jarreau, vient bercer nos oreilles… “Some walk by night, Some fly by day…”

 

Revenons à Bruce Willis. Raflant quelques prix au passage, le comédien se tourne alors vers des rôles plus musclés et devient, contre toute attente, le héros de “Die Hard”, plus connu en France sous le titre “Piège de Cristal”, film de John McTiernan sorti en 1988. Casting qu’il remporte de manière totalement inattendu, car étaient pressentis avant lui pour incarner John Mac Lane, dans le désordre : Arnold Schwarzenegger, Sylvester Stallone, Clint Eastwood, Burt Reynolds et même Charles Bronson ! Et finalement, Bruce Willis récupère le rôle !

John Mac Lane, ce flic solitaire et intraitable, aux répliques caustiques, qui va risquer sa vie pour sauver sa famille tout au long de la pentalogie “Die Hard”, est basé sur le détective Joe Leland du roman Nothing Lasts Forever écrit par Roderick Thorp dont le film Piège de Cristal est une adaptation.

 

« La dernière fois que je l’ai vu, elle était dans une cage d’ascenseur avec un 4X4 dans le cul. » – John Mac Lane

Bon, faut reconnaître aussi que John Mac Lane a un léger souci. Sa femme le quitte tout le temps, ses enfants veulent plus lui parler, et ses amis, ben, on ne les revoit jamais dans le film suivant ! Oui, notre bon vieux Bruce Willis fait ressortir un point important, ben le justicier solitaire, il est solitaire. pas de vie de famille pépère pour lui !Même quand on est le roi de la super-vanne comme Bruce Willis.

Du coup, le côté intrépide, risque-tout, solitaire malgré lui de John Mac Lane nous parlait comme auteurs de Pamela Target pour servir de modèle à Bruce l’émeu. Par contre, l’aspect caustique du policier new-yorkais, son humour ravageur ne nous convenait pas pour notre Bruce, ancien militaire qui a fait le Vietnam, L’Indochine (un véritable aventurier, même s’il s’appelle pas Bob, vous voyez le clin d’oeil), la Corée et que sais-je encore, pour finir actuellement nouveau chef de la sécurité de l’arche.

Pour tout avouer, on imaginait même pendant un temps Bruce avec la voix rocailleuse de Sly – Sylvester Stallone pour les intimes ! On a quand même eu une sacrée voix grave, jouée par notre cher David Chamalet. 

Sly ayant failli incarner John Mac Lane, la boucle était bouclée… Mais la solitude est pas la seule raison pour laquelle ça craint d’être un justicier masqué. Pour illustrer une autre raison, nous avons pensé à un autre Bruce.  celui joué par Jim Carrey dans le Film « Bruce Tout-Puissant » sorti en 2003.

Raison 02 Un justicier solitaire, ça peut devenir très con

De Bruce Willis à Bruce Tout Puissant : Imaginez un Bruce à qui on donne le pouvoir d’un Dieu ! Que va faire notre héros ? Sauver le monde ? Arrêter la famine sur terre ? mettre fin aux guerres ? Non, rien de tout ça, il va juste changer son quotidien pour que la vie soit plus cool !

« Je suis l’alpha et l’omega, baby !  » – Bruce

Jim Carrey, donnant toute sa fougue comique à ce personnage, offre donc de belles tranches de fou rire. Mais le scénario du film va le confronter au parcours initiatique qui va le sortir de son égoïsme  pour l’amener à assumer ses pouvoirs, à la Spider-Man, « grands pouvoirs, grandes responsabilités ». Mais Bruce va bien sûr tout faire planter.

Parce qu’il faut bien reconnaître une chose, c’est que parfois, un justicier solitaire, ça peut devenir très con ! Et Bruce tout-Puissant en tient une sacrée couche. Et là, vous pouvez penser « Non, c’est la comédie qui fait qu’il est con, mais ils sont pas tous comme ça, les justiciers ». Alors petite question, pourriez-vous compter le nombre de fois où voyant un film ou un téléfilm et suivant avec passion (ou avec un plateau-repas, au choix) les déboires du héros, vous vous êtes dits « Mais il est con ou quoi, c’est pas ça qu’il faut faire ! » ou alors « Mais quel crétin, pourquoi y fait pas ça ? »

Quand vous aurez répondu honnêtement à cette question, vous réaliserez que effectivement, parfois, un justicier, ça peut devenir très con !

Donc, Bruce tout-puissant est un bonne exemple illustrant magistralement à quel point un justicier peut être con. MAis pour revenir à Bruce, ce n’est pas Bruce tout-puissant qui nous a inspiré pour compléter l’aspect Bruce Willis,  mais c’et un autre Bruce. Dans la lignée du héros solitaire toujours, mais moins drôle, plus sombre. Il s’agit non plus d’un héros de cinéma, mais bien d’une autre figure de la pop culture, issu du comics. On parle de Bruce Wayne !

Raison 03 Un justicier solitaire, c’est un psychopathe en puissance !

De Bruce Tout Puissant à Bruce Wayne He fights against all injustices in the world. He fights the battle for the little man. » – Bob Kane

Bruce Wayne, l’homme qui la nuit enfile son costume de Batman pour aller rendre la justice et chasser les truands. Mais Batman, d’où viens-tu ?

 

Batman vient au monde le 30 mars 1939 dans le magazine de comics “Detective Comic” N° 27 ! Ces heureux parents, Bob Kane au dessin et Bill Fingers au scénario, furent très heureux de voir leur enfant trouver la route du succès dès ses premiers mois, détrônant même en popularité les autres séries bien ancrées du magazine pour finir par flirter avec un autre héros de la maison : Superman himself !

Mais si Superman est un extra-terrestre doté de pouvoir le rendant invulnérable, porté par une vision positive de la justice, et volant sous un soleil éclatant entre les gratte-ciel lumineux de Metropolis, son petit cousin, Batman, est un humain sans pouvoirs, aidé par la technologie, agissant au départ par vengeance et louvoyant à la lueur de la lune dans les rues poisseuses de la sinistre Gotham City. Il faut en effet préciser qu’à ses débuts, Batman use de violence et parfois achève même ses adversaires sans pitié !

Sa véritable identité est Bruce Wayne, et il a assisté enfant au meurtre de ses parents et depuis… Mais tout ça, entre les comics, les séries télé et les films sur Batman, vous le savez déjà et on va pas s’attarder sur les origines du marasme psychologique de Bruce Wayne.

Mais parlons des sources ayant inspiré Kane et Fingers pour leur personnage ! On peut citer pêle-mêle “Le masque de Zorro” un film des années vingt, un feuilleton radio des années trente nommé “The Shadow” (personnage qui finira aussi en comics d’ailleurs, et incarné à la radio par… Orson Welles) et un film de 1930 appelé “The Bat Whispers” de Roland West qui met en scène un criminel doté d’une cape et d’un signe de chauve-souris qu’il projette sur les murs avant de frapper ! Quel hasard !

Bon, vous noterez que dans ces sources d’inspiration, y avait quand même des gens pas très équilibrés dans leur tête : Le tueur à la chauve-souris, le shadow qui abat les criminels et Zorro, le type qui s’entoure d’un cheval et d’un valet muet pour rendre la justice ! On voit le résultat, car comme on l’a dit, Batman a démarré en étant dur et sans pitié avec ses ennemis. D’ailleurs, quand on voit Bruce Wayne, on se dit assez vite que le justicier, ben, c’est un psychopathe qui est juste du bon côté de la barrière. A peu de choses près !

Mais tout cela n’a pas empêché le justicier masqué d’avoir encore de beaux jours devant lui, comme l’ont prouvé les décennies suivantes. Et DC Comics avait enfin trouvé une nouvelle license à succès qui fait encore son bonheur !

Ce justicier masqué, pourchassé par l’ordre autant que par ses ennemis criminels, cet homme qui pourrait gagner une dizaines de séances gratuites chez le psy, nous a servi d’inspiration pour Bruce mais surtout pour son avatar masqué, BatBruce, traqué autant par Charwin et ses robots patrouilleurs que par Peter Pan Pan et son gang !

Un justicier solitaire, c’est solitaire, ça peut être con, voire psychopathe et il y a un autre problème à jouer les justiciers…

Raison 04 Un justicier solitaire, ça meurt

De Bruce l’émeu à Bruce Lee : Bruce Lee, le petit dragon, naquît le 27 novembre 1940 à San Francisco. Il grandit à Hong-Kong avec ses quatre frères et soeurs, où il s’initie adolescent au Wing Chun, forme de Kung-Fu enseigné par Yip Man – homme de renom auquel a été consacré plusieurs films de Kung-Fu -. Bruce fut donc à bonne école. Il a commencé à jouer très tôt dans des films, des rôles d’enfants, orphelins  ou autres. Et en plus, Bruce faisait du Cha Cha Cha. Il a même remporté le Hong Kong Cha Cha championship de 1958 ! Mais malgré ses débuts impressionnants, le succès arrivera plus tard avec son premier film en tant que personnage principal, « Big Boss », réalisé par Lo Wei, en 1971. S’ensuit les mythiques « La Fureur de Vaincre » et « La Fureur du Dragon », « Opération Dragon » et « Le Jeu de la Mort », tout cela rien qu’en… 1972. Cinq films pour créer le mythe du petit dragon. Un héros qui vient aider les faibles et les opprimés contre les grands méchants, escrocs, racketteurs, et autres empêcheurs de vivre tranquille.

« Il n’y a plus de loi dans cette concession? A quoi sert la police? » – Chen Zhen

Mais au-delà du justicier, Bruce Lee incarne le héros vengeur. Schéma classique : On tue ses proches (frère, sœur, mère, oncle au troisième degré, maître de Kung-Fu…), il s’énerve, vient, atomise tous les méchants et s’en va. Ouaouh, ça calme. La meilleure illustration de ce parcours du justicier vengeur est « la Fureur de vaincre » réalisé aussi par Lo Wei, avec des interventions de Bruce pour les chorégraphies, et la présence d’un jeune cascadeur le temps d’une scène, le petit… Jacky Chan !

Mais revenons sur le film. Nous sommes dans les années trente. Huo, grand maître d’arts martiaux, meurt et laisse son école de Shanghaï orpheline. C’est la vie. Mais Le jeune Chen Zhen, le plus doué de ses élèves,  revient au pays et refusant la triste vérité, enquête pour découvrir que son maître n’est pas décédé de mort naturelle mais qu’il a été empoisonné par des sbires des odieux Japonais. De là, le personnage de Bruce Lee n’a qu’un but : Remonter la piste et défoncer les assassins, quelque soit le prix, quitte à défier tous les Japonais, la loi et l’ordre, à finir pourchassé par la police, l’armée japonaise, et par les autres élèves de son école qui voudraient bien calmer le jeu et couler des jours paisibles. Et après moult combats et cassages de tronches, une fois son maître vengé, Bruce se rend. Mais il finit par une dernière charge qui lui vaudra une fusillade. Et le héros… meurt ! oui, parce que les héros vengeurs, ben, souvent, ça finit mal.

D’ailleurs, Bruce Lee meurt en 1973, – soit un an après son maître, Yip Man, décédé en 1972 -. Son succès fulgurant aura duré trois ans…  Le Petit Dragon nous laissera cette image mythique de la dernière charge du héros vengeur sur le son des fusils qui claquent… et le recul pour réfléchir au fait qu’être justicier, si c’est pour être abattu en plein vol, ça craint !

Bon, un justicier, ça prend des balles et ça va pas très loin. voilà une information qui calme. Notre émeu, lui, a hérité de Bruce son talent pour le Kung-Fu ! Parce que les émeus, en terme de jeu de jambes, ça se pose un peu là.

 

Raison n°5 Un justicier solitaire, ca fait bien rire… 

De Batman à BatBruce : Why do we fall? So we can learn to pick ourselves back up.” – Thomas Wayne

Cette phrase du papa de Bruce Wayne pourrait tout à fait s’appliquer à notre Bruce l’émeu. Capturé, torturé, évadé, poursuivi, il pourrait se terrer dans un coin et attendre que l’orage passe mais non ! Il enfile son costume – son Batcostume devrions-nous dire – de super-héros et repart traquer les méchants.

David Chamalet la voix de notre Bat Bruce dans Pamela Target- photo JCHBeauvallet

Notre BatBruce, incompris, ne lâche rien et court sauver ses amis, sa copine, les habitants de l’arche, la terre entière. Parce que ce devoir de protecteur, ce sentiment de justice à rendre est dans son sang. BatBruce se portera toujours au secours des innocents, soit sous son costume, soit sans masque. Par contre, il faut bien reconnaître que le justicier masqué, ça fait un peu rire, et notre Bruce, perdu dans sa mission, ne se rend pas compte du regard des autres sur lui. Après tout, un émeu déguisé en justicier chauve-souris, ça peut faire bizarre et surtout, ça peut faire sourire. Mais quoiqu’il en soit, il n’est pas au bout de ses peines, comme vous allez le découvrir dans le nouvel épisode de la saison deux justement intitulé “BatBruce Returns” :

PTS02E06 : BatBruce returns.

Voilà, vous savez tout sur Batbruce, en fait, non, il vous reste encore des tas de choses à apprendre. Pour en savoir plus sur les origines mystérieuses de Bruce, sur son passé, il va falloir suivre les prochains épisodes de notre série…

Et vous, que pensez-vous de BatBruce et de sa quête effrénée pour arrêter Peter Pan Pan ? Voyez-vous une autre raison pour laquelle ça craint d’être un justicier masqué ? Venez nous le dire en écrivant un commentaire.

La PT-Team

S02 E05 : Pourquoi les lapins sont tous des salauds ? 

Dans ce nouvel article, nous nous penchons sur le cas de Peter Pan Pan, le lapin de Pamela Target. Pourquoi ? Parce qu’en cette période de Pâques, il nous semblait essentiel de vous expliquer, pourquoi les lapins sont les meilleurs salauds.

Peter Pan Pan le lapin est la fusion improbable entre Le gardien de la caverne de « la quête du Graal » et le « Joker ».
Si vous percutez sur ces deux références, vous êtes bien un enfant de la culture pop dans ses deux extrêmes, iconoclastes-absurde et machiavélico-destructrice.
Mais rentrons un peu dans le détail…

S02 E04 : Comment Baywatch atteint le rang de série mythique… avec un ralenti.

Aujourd’hui, penchons-nous sur une série mondialement connue, dont une des comédiennes a inspiré le nom de notre série audio barrée et funky. Le choix est vaste et on ne va pas tourner autour du pot avant de tout vous dévoiler.

Retour donc sur le succès planétaire qu’a été « Baywatch », plus connu en France sous le titre « Alerte à Malibu ».

Alerte à Malibu, une référence interplanétaire !

« Alerte à Malibu » a débarqué en France le 2 janvier 1991 et a permis à Pamela Anderson avec son maillot rouge de devenir l’égérie de toute une génération (et même plus encore). Tout cela grâce à ces scènes de jolies blondes – et brunes parfois – courant au ralenti sur les plages de Malibu, où s’est échoué quelques décennies plus tôt l’homme à tête de Chou de Gainsbourg, mais ça, c’est une autre histoire…

Si on connaît tous ces scènes de sauveteurs en maillot rouge courant sur la plage, c’est peut-être parce que cette série, avec ses onze saisons,  a été un succès PHENOMENAL. Il faut dire qu’elle a été diffusée dans 142 pays et a atteint des audiences de 1,1 milliard de personnes dans le monde !

L’inconscient collectif, on le comprend mieux à la vue de ces chiffres, non ?

« Are you sure that is a life guard initiation thing ? »

David Hasselhoff and Pamela Anderson- Pearson Television

Comment cette série qu’on connaît tous, sans connaître une seule personne qui la suivait hebdomadairement, a pu lancer Pamela Anderson sur le devant de la scène ?

Cette série met en scène David Hasselhoff dans le rôle de Mitch Buchannon et Pamela Anderson dans le rôle de CJ Parker. Avec d’autres vaillants comédiens et comédiennes à la plastique onirique, ils interprètent un groupe de sauveteurs sur la plage de Malibu. Enfin, pour neuf saisons, puisque pour les deux dernières, tout le monde a migré à Hawaï. Dommage pour le titre français qui est devenu « Alerte à Hawaï » ! Ont-ils rencontré le paisible retraité Jack Lord, héros de « Hawaï police d’état » ? rien n’est moins sûr mais ceci est à nouveau une autre histoire.

Les ralentis légendaires de Baywatch

Mais revenons à Pamela Anderson. Son personnage de CJ Parker n’apparaît que dans les saisons 3 à 7, soit moins de la moitié de la durée de la série. Et pourtant, aujourd’hui, on se souvient beaucoup plus de Pamela Anderson que des autres actrices de la série. Plus fort que pas mal d’autres personnages de série, non ? Hé oui, plus blonde, mais moins rapide que Jason Bourne (ralenti oblige), Pamela Anderson nous a donc tous marqué.

On pourrait se demander comment une scène si simple, si banale même, a pu marquer autant de gens.

Connaissez-vous la véritable raison de ces scènes de ralenti qui ont même marqué les héros de Friends ?

Joey et Chandler regardant Baywatch, avec sous titre espagnol parce que c’est plus fun 

Voilà comment David Hasselhoff, qui, en passant, a chanté le générique de fin de la série, explique les origines de ces ralentis : La production n’avait pas assez d’argent pour tourner des épisodes correspondant à la durée de diffusion. Passer des scènes au ralenti, ça permettait d’économiser de l’argent et d’atteindre la durée d’épisode voulue !

Le tour est joué, et le monde ne sera plus jamais pareil…

Comment ne pas sourire à l’idée qu’une série aussi populaire qu’Alerte à Malibu puisse autant inspirer ? 

La série ayant bien fonctionné, on n’est guère surpris qu’elle ait donné lieu à quatre téléfilms, une autre série dérivée mettant en scène David Hasselhoff (encore lui), retrouvant pour l’occasion le même blouson noir qu’il portait alors qu’il incarnait Michael Knight dans K2000… Mais on s’éloigne du sujet.

La série est finalement remontée à la surface en 2017 avec l’adaptation cinéma sobrement appelée « Baywatch ». Film pour lequel une ligne éditoriale claire a été définie.

Comme le dit Dwayne Johnson, alias The Rock, alias Mitch Buchannon, « Dès le départ, l’une de mes préoccupations était que le film puisse être interdit aux mineurs de moins de 17 ans non accompagnés. Il fallait mettre le paquet ! ».

« Baywatch » : une des affiches américaines © Paramount Pictures

Le producteur Beau Flynn précise : « On s’est donc permis beaucoup de choses au niveau des dialogues et de la nudité des acteurs comme des actrices. On est fiers des moments un peu osés pour lesquels on s’est battus. »L’affiche se passe d’ailleurs de commentaire.

Si vous voulez voir le film, vous êtes prévenus. Ca n’a pas empêché plus de 1,5 millions de personnes de se ruer dans les salles de cinéma française.

Mais Pamela Target la série audio dans tout ça ?

Pamela Anderson / Pamela Target, c’est quoi le rapport ?

Connaissez-vous Pamela Anderson ?

Pamela Anderson aurait pu devenir saxophoniste… Hé oui, dans sa jeunesse, elle a pratiqué cet instrument. Mais elle devint mannequin, puis fut repérée pour faire de la publicité et enchaîna comme playmate avant d’être engagée dans une première série. On vous entend vous exclamer « Ben oui, c ‘était Alerte à Malibu, je connais ! ». Perdu, il s’agit de « Papa Bricole ». Ce n’est qu’après qu’elle interprètera CJ Parker et qu’elle connaîtra la célébrité dans « Baywatch ».

Maintenant, vous concluez : « Ben oui, elle a sauvé des gens sur la plage dans Baywatch, c’est normal qu’elle puisse sauver des animaux dans l’arche ! Et que ces derniers décident de faire une soirée Baywatch. » Mais là encore, ce serait allé un peu vite en besogne. Si Pamela Anderson est une idole pour certains de nos animaux, au point d’être l’invitée d’une soirée dans l’arche, ce n’est pas uniquement pour son rôle légendaire en maillot de bain rouge.

« My gut says there’s some bad shit going on over there and my balls say we need to check it out. »

Ce que l’on sait moins, c’est que Pamela Anderson se bat pour la cause animale. Elle a rejoint PETA, l’association fondée en 1980 qui lutte contre, principalement, l’élevage industriel, l’élevage d’animaux à fourrure, les expérimentations sur les animaux et les spectacles avec les animaux. Mais l’activité de l’association s’est élargie et tout combat pour aider et défendre la cause animale s’ajoute à cette courte liste.

Pamela Anderson défendant les mêmes idées que PETA, la rencontre était inévitable. Notons que l’actrice boycotte KFC pour leur mauvais traitement des volailles et qu’en 2016, elle s’exprime contre le gavage des oies à l’Assemblée Nationale Française. Pamela défend les animaux, à sa manière, sans violence.

Laissons-lui la parole : « Kindness is the mightiest force in the world. Sensuality is a sexy kindness. I hope I’m a part of the sensual revolution that holds us together, instead of this bizarre divisiveness tearing loved ones apart.* »

Même quand elle est découpée en morceaux de boucherie, elle est sexy !

Pamela Anderson la cible idéale pour Pamela Target.

Si Pamela sauve des vies humaines dans Alerte à Malibu, elle sauve des vies animales dans la vraie vie. Maillot de bain rouge mythique  et icône protectrice des animaux  : voilà les deux raisons pour laquelle elle prend un rôle si important et symbolique pour les animaux de l’arche dans Pamela Target. Voilà pourquoi nous avons eu l’idée, en découvrant cette partie de sa vie, de l’intégrer dans notre série. Et ce dès le titre même « Pamela Target ».

Dans la série, elle arrive très tôt, puisque dès l’épisode 1, « J’suis pas venu pour beurrer des sandwiches », si vous tendez savamment l’oreille aux propos de Riton le chaton, elle est évoquée très rapidement :

Et tant qu’à faire, réécoutez l’épisode 23, « une situation de crise à la 24H chrono » là, ce n’est plus de l’indice, mais de l’annonce déclamée :

 

Dans une série, tout se construit petit à petit. C’est aussi ce genre de surprise que permet la narration s’étalant sur de nombreux épisodes et plusieurs saisons.

Mais pourquoi vous parler de tout cela maintenant, après un an de diffusion ?

D’après vous ? Allez donc écouter le quatrième épisode de la nouvelle saison de « Pamela Target » intitulé «Alerte à la soirée BAYWATCH » :

Maintenant, vous savez !

A bientôt,

La PT-Team !

PS : Et vous, que pensez-vous de Pamela Anderson ? Dites-le nous en commentaire.

*

L’ IDENTITE SECRETE de la PT TEAM.

Pourquoi l’adage « vivons caché, vivons heureux » ne marche pas, quand tu es podcasteur ?

Parce que les auditeurs ne s’intéressent pas uniquement à ta série.  Ils aiment savoir qui se cache derrière. Ils apprécient quand tu leur montres ta vie de podcasteur. Ils s’intéressent à ta personne, à ta façon de travailler.

Ce n’est pas parce que tu fais de l’audio, que tu dois te contenter d’être une simple voix.


Les créateurs de Pamela Target en mode furtif

Pour Pamela Target, nous avions choisi de nous « cacher  »  derrière une structure que nous avions appelé Kanopée. Il s’agissait juste de la première syllabe de nos prénoms mis bout à bout (K pour Katia, No pour le nom de David et P pour Pascal).

Il n’y avait clairement aucune boîte de production derrière, ni de gros moyens financiers pour nous soutenir, mais malgré tout, cela a généré beaucoup de malentendus …

 

 

Au début de notre aventure, nous ne prenions jamais le temps de parler directement à nos auditeurs, de nous présenter, de raconter ce que nous faisions. Ce malentendu a alors perduré longtemps, très longtemps.  Cela a rebuté certains de nos auditeurs (et probablement nous a fait perdre quelques abonnés).

Si on prend l’exemple d’autres podcasts, les individus derrière sont aussi, voire plus mis en avant que leurs productions.  Richoult est aussi connu que sa structure Javras. Avec son collectif, il est très présent physiquement sur des manifestations/conventions… donc avec un lien personnel et non institutionnel.

Bref si vous faites un podcast, ne vivez pas caché, parlez de vous autant que de votre podcast.

 

La peur de se lancer, le mieux ennemi du bien, comprendre les auditeurs, la résistance face à l’adversité, garder le funk  : voilà à mes yeux les différents obstacles qui ont été les nôtres, quand nous avons lancé notre première série audio. Il y aura sans doute d’autres – c’est bien normal quand on apprend, non ?  – mais ce sont sans doute ceux qui m’ont le plus marqué cette année.

J’espère que cette série d’articles vous aura permis de découvrir une partie de notre vie de créateurs de série, de vous faire rire un peu, parce qu’après tout c’était l’idée aussi et pourquoi pas vous donner l’envie de vous lancer dans la création d’une série audio dans votre salon.

A lire aussi

article 1 La PT team et la peur du néant

article 2 Un petit pas pour la pT Team

article 3 Lost in translation 

article 4 A grande régularité, grandes responsabilités

article 5 Comment la Team Pamela target a gardé le funk ?

 

A écouter

La saison 1 de la série audio Pamela Target 

 

Comment la Team Pamela Target a gardé le funk !

Si tu veux tenir dans la durée, il faut aussi cultiver le funk. Prendre du plaisir, sinon à quoi bon ? Tu veux savoir comment nous avons gardé le funk ? Nous avons suivi deux règles essentielles pour nous : surtout ne pas rester seul et ne pas trop s’éparpiller.

Surtout ne pas rester seul

Nous sommes 3 dans l’équipe Pamela Target, nous aurions pu choisir de rester en vase clos, mais nous avons décidé de faire autrement. Nous avons ouvert l’équipe de la PT-TEAM à d’autres comédiens, rencontré d’autres podcasteurs, pour plusieurs raisons.

 

A plusieurs, l’énergie est différente, plus festive et ça aide pour jouer la comédie…

Dans cet extrait des coulisses de l’épisode 12 « Kaiju just run « , tu peux retrouver pendant l’enregistrement Bruce l’émeu (David Chamalet) et Bill Bill le Bousier (Jérôme Thévenet). Pour nous, jouer ensemble dans la même pièce, a été un élément clé de la dynamique de notre série. Nous sommes meilleurs quand nous sommes physiquement côte à côte, quand nous jouons à nous battre, quand nous courrons dans le salon ou que nous sommes dans un wagonnet lancé à pleine vitesse. Ca fait un peu Actors Studio et ce n’est pas toujours facile à appliquer en terme d’organisation, mais, on a beau dire, ça rend vraiment quelque chose. Une seule fois, cette énergie folle a failli nous desservir.

Vous l’avez déjà constaté dans l’extrait avec Peter Pan pan de l’article 2 un petit pas pour la PT Team, nous avons des comédiens très très investis. Et Bill le Bousier, joué par Jérome Thévenet, n’est pas en reste. A tel point que, lors de l’enregistrement de l’épisode 19 In the Jaeger Pantsu, nos voisins ont vraiment cru que quelqu’un était en train de brûler dans l’immeuble et ont appelé la Police ce soir-là.

 

 

Pour certains épisodes, nous étions plus de 6 autour du micro. Je vous laisse imaginer l’ambiance. Bien sûr, il a fallu trouver un moyen pour que la super énergie du jeu ne se fasse pas au détriment de la qualité du son. Après plusieurs tentatives,  on a trouvé des solutions, sans pour autant acheter 6 micros et une mixette !! Vous pourrez en voir un peu plus très bientôt dans le making of de notre saison 1.

Dans cet extrait de lecture de l’épisode S01E04 « J’adore l’odeur du Napalm le matin« , nous sommes 5 autour du micro  : David Neau, David Chamalet, moi-même, Jérôme Thévenet et King of Punk, alors que Pascal Senicourt est en train de vérifier le retour son.

Le plaisir d’enregistrer avec une bande de copains a grandement contribué à notre motivation pour avancer sur la série. Toutes les séances d’enregistrement ont été des moments de franches rigolades très souvent autour d’un bon p’tit déj ou d’ un apéro.

Nos comédiens sont d’ailleurs notre premier baromètre en matière d’humour. Nous ne leur donnons jamais le texte à lire à l’avance  et si ils se mettent à rire en les découvrant à l’enregistrement, c’est BON SIGNE, sinon on retravaille le texte en live.

 

Ne pas rester seul, c’est aussi rencontrer d’autres podcasteurs : les experts, mais aussi des débutants comme nous.

Quand nous avons commencé, nous étions tellement intimidés par les experts du podcast que nous avons préféré rester dans notre coin. Si c’était à refaire, on ne ferait surtout pas ça !  Si quelqu’un peut vous apprendre quelque chose c’est bien eux. Ils baignent dans la Saga mp3 et le podcast depuis qu’ils sont tout petits.

Ils sont souvent très occupés, mais si vous présentez patte blanche dans leur antre, sur des plateformes comme Netophonix ou Podcasteo, je suis prête à parier qu’ils vous répondront, comme ils l’ont fait pour nous.

Quand on cherche de nouvelles voix, du matos, du réconfort, c’est aussi auprès des autres podcasteurs que l’on peut en trouver. Bon je garde toujours une distance respectueuse vis-à-vis des grands manitous de la sagasphère comme Blast ou François tjp,… mais … j’essaie de me soigner.

 

 

Ne pas trop s’éparpiller

 

Quand nous avons commencé à brainstormer sur Pamela Target, à nous trois, nous avions bien 100 idées à la seconde. Cela allait de la vidéo virale à l’article de blog,  en passant par des Goodies délirants et une application secrète pamela target, sans parler du jeu vidéo qui nous taraudait depuis un moment.

En février 2018, nous pensions avoir été raisonnable en lançant notre « minimum viable product » :

  • 1 épisode audio par semaine,
  • 1 épisode animé et sous-titré en anglais sur Youtube toutes les 3 semaines,
  • des posts sur l’univers ciné tous les deux jours sur Facebook
  • une saison 1 de 42 épisodes en cours d’écriture, pas totalement enregistrée et pas du tout montée.

 

Rien que ça ! Au bout de 22 semaines d’affilée, nous étions toujours là, avec les yeux plus tout à fait en face des trous, mais nous envisagions tout de même de ne pas faire de pause pour les vacances d’été.

Le problème c’est que si tu ne te reposes jamais, au bout d’un moment c’est épuisant et la qualité risque d’en prendre un coup. Et, parfois, seul un véritable électrochoc parvient à changer tes perspectives de façon drastique.

Pour Pamela Target, la fin du mois de juillet 2018 a été très chaotique. Je suis tombée gravement malade.

Nous avons dû arrêter brutalement la production des épisodes prévus pour le mois d’août. Finalement, cet événement dramatique nous a obligé à tous faire un break, indispensable pour reprendre notre souffle.

En septembre, lors de notre réunion de rentrée, nous avons fait des choix que nous aurions été incapables de faire quelques mois auparavant.

Nous avons suspendu la production des vidéos youtube, bien que le résultat soit de plus en plus chouette après 9 épisodes. Nous avons réduit nos publications Facebook et favorisé Tweeter et Instagram. Nous nous sommes focalisés sur notre production n°1: l’audio, avec notre épisode hebdomadaire et la com.

 

Nous avons même décidé d’écourter la première saison (nous sommes passés de 42 à 33 épisodes) pour nous arrêter juste avant Noël et pouvoir nous ressourcer en famille.

Ces différents choix, parfois pris à contre-coeur, nous ont finalement redonné le funk et l’énergie pour terminer la saison 1 avec plaisir et même commencer à préparer la saison 2.

 

Dans le prochain épisode découvre, pourquoi on ne peut pas vivre caché, quand on est podcasteur.

 

A lire aussi

article 1 La PT team et la peur du néant

article 2 Un petit pas pour la pT Team

article 3 Lost in translation 

article 4 A grande régularité, grandes responsabilités

 

A écouter

La saison 1 de la série audio Pamela Target 

 

 

 

A grande régularité, grandes responsabilités

On a compris assez rapidement que la régularité de nos parutions (1 épisode tous les mercredis) était un SUPER POUVOIR.

La régularité permet en effet d’avoir une meilleure visibilité partout :

  • dans les classements des podcasts,
  • dans les applis d’écoute : soundcloud, podcloud, iTunes…
  • dans les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram.

 

Et pour se faire connaître, il n’y a rien de tel que la visibilité.

 

 

Or, quand on fait sa série audio dans son salon, en général, on n’a pas trop l’esprit « pub payante Facebook » et encore moins affichage 4×3 dans le métro aux côtés de Deezer. Il y a des tas de moyens de trouver son public sans dépenser d’argent.  Ils sont plus ou moins fatigants et plus ou moins efficaces. On en a essayé un certain nombre, on te racontera dans un autre article, si tu es intéressé.

 

En tous cas, une fois que tu t’es engagé auprès de tes auditeurs, il vaut mieux t’y tenir, car l’auditeur novice se caractérise par

  1. son incapacité à comprendre le mot ABONNEMENT. Il voudrait bien cliquer, mais encore faudrait-il qu’il sache où.
  2. sa volatilité. Tu ne publies pas cette semaine ? Il va écouter autre chose. Et après vogue la galère (3 semaines de com minimum), pour le faire revenir.
  3. sa notion très élastique du temps : un épisode de 5 mn, c’est soit trop ou trop peu.

Les plus assidus attendent leur mail, ou leur notification pour aller directement télécharger ou écouter l’épisode. Quand le mail ne vient pas, c’est une trahison (petite, mais quand même)… Les plus voraces dévorent ta saison en 2 heures 30 top chrono et te demandent : mais… c’est quand la saison 2 ?

 

 

Le principal problème de l’assiduité, c’est que tu finis par subir malgré toi une sorte de chantage affectif de l’auditeur. Tu ne veux pas le décevoir, tu dois donc fournir sans faillir et si tu n’es pas organisé à la fin… tu t’épuises.

 

 

La fiction sonore a cette particularité, (par rapport au podcast d’interview ou de discussion) d’avoir une phase de production particulièrement longue et incompressible:

Et même pour certains, composition musicale, ce que nous, nous ne faisons pas, rappelez-vous, nous ne sommes pas des musiciens cf. article 1 : la team Pamela Target et la peur du néant.

Ce qui fait que dans une semaine, pour un épisode Pamela Target de 5mn, il y a plus de 3 jours de travail. Une saison de 33 épisodes,  ça fait donc beaucoup de jours de travail, sans compter l’écriture, le temps passé à « jouer » au Community manager et notre autre travail à côté, parce qu’on en a tous un.

 

 

Quand tu tombes dans le syndrome Spider-man (grands pouvoir, grandes responsabilités), laisse-moi te dire qu’il va falloir t’accrocher pour en sortir. C’est l’engrenage infernal. Apparemment, devenir organisé ça aide à s’en sortir  ! mais pas que….

Dans le prochaine épisode, découvre comment nous sommes sortis de cet engrenage, GRACE AU FUNK.

A lire aussi

article 1 : la team Pamela Target et la peur du néant

article 2 : Un petit pas pour la PT Team

article 3 : Lost in translation

Article 5 Comment la Team Pamela target a gardé le funk !

 

 

A écouter

saison 1 de Pamela target

La TEAM Pamela Target LOST IN TRANSLATION

Apprendre à écouter, c’est comprendre son public.

C’est plus facile à faire quand on est tout nouveau dans un milieu, mais c’est applicable aussi quand on est un référent dans un domaine. Attention ! Ecouter ne veut pas dire suivre à la lettre ce qui peut être reproché.

Tout est une question d’équilibre.

 

Au lancement de la série, nous avions choisi comme punchline* : Pamela Target, la série barrée et un poil prouuut. Nous avions puisé nos premiers auditeurs dans notre base d’amis (chose que je ne recommande pas vraiment, car rien ne dit qu’ils feront partie de la cible au final). Certains nous ont fait des retours du genre: trop fou, trop décalé, pas assez réaliste. Certains nous reprochaient d’être trop prout, d’autres de ne pas l’être assez. Dans quel sens fallait-il bouger le curseur du prout  ? Avions-nous vraiment un public ?

 

Un début de réponse nous a été donné, lorsque nous avons eu notre premier commentaire sur iTunes provenant d’un auditeur non identifié (bref, pas un ami) : « série déjantée, barrée à l’ouest, fun et même funky, mais qui est Pamela Target? « .

Alléluia ! Mazeltov ! Nous avions un public et du même coup, nous avions trouvé notre nouvelle punchline. Le prout avait disparu de la punchline, mais pas son esprit, on vous l’assure !  Et petit à petit, nous avons commencé à trouver notre vrai public (enfin c’est surtout lui qui nous a trouvé… on essaiera d’en parler plus tard), parce qu’on a réussi à faire le tri dans les retours, entre ce qui relevait du fonds et de la forme. Croyez-moi, ce n’est pas toujours évident et je suis heureuse de ne pas avoir été toute seule pour décoder.

*Olivier Benguigui photographie

 

Dans le prochain épisode, découvre pourquoi  une grande régularité implique de grandes responsabilités pour la PT Team tout comme Spider-Man !

 

A lire aussi

article 1 : la team Pamela Target et la peur du néant

article 2 : Un petit pas pour la PT Team

 

Article 4 A grande Régularité, grandes responsabilités 

Article 5 Comment la Team Pamela target a gardé le funk !

 

A écouter

Saison 1 de Pamela Target

*Punchline désigne, dans plusieurs domaines artistiques, une phrase forte ou choc.