• contact@pamelatarget.com

Archive de l’étiquette comédie

S02 E02 : One shot, One opportunity !

Nouvel épisode,  nouveau défi ! Pour écrire les scenarii de Pamela Target, en général nous faisons progresser nos intrigues principales et secondaires et nos personnages. Une fois que la trame est bien solide, c’est à ce moment-là que nous vient l’envie d’insuffler des références ciné et culture pop : épisode après épisode.  Dans l’épisode 2 de la saison 2,  The Battle à la Notorious PIG,  titre qui nous est venu bien plus tard, vous comprendrez en lisant l’article, nous avions mis en place une rivalité  entre deux personnages.

Comment traiter cette rivalité dans un mode purement audio, tout en respectant notre dramaturgie, le fun et nos références !?

Quelles références cinéma choisir ? Un duel western à la Sergio Leone, un combat de rapières digne de Errol Flynn, un affrontement de boxe à la Rocky ?

« Fuck the beat, I’ll go acapella »

Et c’est alors que nous avons eu l’idée qui tue ! Pourquoi ce défi ne consisterait-il pas en un Battle ? Un de ces légendaires battle de rap comme on en a tous en tête, surtout si on a des réminiscences de la célèbre émission H.I.P. H.O.P de Sidney ?

Un battle qu’on tournerait en dérision, car le fun est l’ADN de Pamela Target, c’était ça l’idée !

Les premières battles remontent aux années soixante-dix, à l’époque des premiers pas du hip-hop. Un micro, deux MC, comprenez Maître de cérémonie, un DJ – Disc-Jockey, ça, vous connaissez – et c’est parti pour un défi en vers, balancé sur un flow qui déchire en surfant sur le beat du DJ. Le MC doit montrer son talent d’impro, mais aussi défoncer son adversaire. Tous les coups (verbaux) sont permis. Comment sait-on qui a gagné ? A l’applaudimètre du public qui adore !

Avec le temps, l’esprit a perduré et s’est même développé au cours de soirées Open Mic dans des lieux underground. Et dans les années quatre-vingt-dix, les battles font rage, le rap se régalant de ce genre de conflits. Des défis épiques, comme Curtis Hanson  les montre dans… « 8 Mile »  ? Et hop, la référence débarque.

« If the streets had a voice, this would be the story they tell. » 8 mile.

(C) Universal Pictures France

(C) Universal Pictures France

Bien sûr, parler d’un rappeur blanc comme Eminem pour aborder les battles, certains pourraient trouver à redire sur le côté historique. On pourrait citer DJ Kool Herc, Afrika Bambaataa ou Grand Master Flash et ainsi remonter aux sources même des battles avec les sound system dans les block-parties (ces fêtes de quartier aux Etats-Unis qui ont eu une influence très importante dans l’éclosion de la culture hip-hop, du rap, ou du dee jaying.)…

Mais pour nous, quand on disait Battle, les premières images qui nous  venaient, ce ne sont pas celles de « Boyz’n the hood » (1991) ou de « Straight outta Compton » (2015), mais bien celles des battles de « 8 Mile » (2002)!

Mamoudou Athie, who plays Grandmaster Flash in The Get Down. Photo: David Lee/Netflix

« 8 Mile », qu’est-ce que c’est d’ailleurs ?

C’est L’histoire de Jimmy Smith Junior, B-Rabbit de son nom de rappeur en herbe, qui va tenter de percer dans le rap à Détroit. Ce personnage est incarné par Marshall Bruce Mathers III, Eminem de son nom de rappeur. Alors ce film sorti en 2002, ce serait juste une fiction biographique ou une biographie fictive sur le rappeur Eminem, un biopic racontant vraiment sa vie ou une version romancée s’en inspirant ?

Curtis Hanson, le réalisateur du film, avait sans aucun doute la réponse. Mais – paix à son âme -, il nous a quittés le 20 septembre 2016… Eminem a dit de lui : « Curtis Hanson a cru en moi et à notre idée dingue de faire un film sur les battles de rap. […] Il a simplement fait de moi un acteur pour 8 Mile… ». C’est donc cela !  Le sujet de « 8 Mile », c’est la battle, bien plus que la vie d’Eminem !

Alors certes, aujourd’hui, certains de nos rappeurs français règlent leurs compte en se tapant dans les aéroports et les soirées mondaines. Pour eux, il est loin le temps où c’était le talent, la verve, la force d’impro qui tranchaient les rivalités, autour d’un micro et sans violence physique. Mais pour parler Battle, « 8 Mile » s’avère une très bonne source d’inspiration et pour nous, une référence incontournable.

 DJ ! Spin that shit ! , façon Pamela Target

Alors on a retroussé nos manches et on s’est jetés à l’eau pour notre série audio Pamela Target. Nous avons  sorti nos stylos, nos micros, immergé nos comédiens dans les vidéos des block-parties du Bronx et on s’est lâchés !

A l’enregistrement, au montage, nous avons rencontré de nombreuses difficultés. Fallait-il le même beat pour chaque duelliste ? Comment le passer ? Sur une enceinte derrière eux, mais bonjour la qualité du son de leur voix ! Leur faire écouter au casque et peut-être brider leur flow ? Leur faire découvrir en amont pour qu’ils s’entraînent un peu ? Tester une solution différente convenant à chacun d’eux ?

Nous avons essayé différentes méthodes et finalement, nous avons trouvé… Soutenu par notre beatbox humaine, Jérôme Thévenet (un peu aidé, nous l’avouerons sans honte par MATTC90), David Chamalet, notre Eminem national, a pu relever le gant avec Frans Boyer, notre super Tupac.

Et finalement, notre battle pour raconter un défi dans une série audio, elle se tient…

Le résultat ? Vous pouvez l’écouter juste ici, dans l’épisode 2 de Pamela Target saison 2 « The Battle à la Notorious PIG » :